Archives mensuelles : avril 2017

La femme idéale… *21* et ses autres lubies !

Je repars dans mes aventures de la femme idéale avec mes autres lubies. La semaine dernière, je parlais de ma passion pour les rouges à lèvres ou encore de ma passion pour les robes dans cet article mais cette fois-ci je vous parle de boîtes. Et oui, des BOÎTES !!!

J’aime que les choses soient organisées, optimisées et rangées. J’ai un petit appartement donc c’est devenu un challenge de réussir à tout faire rentrer. En 33 ans, j’ai cumulé pas mal de choses. Mes collections : maquillages, vernis, carnets, petits miroirs, bijoux… OUI ! Heureusement que je suis ordonnée !

J’ai dessiné cette BD puisque les remarques de mon compagnon m’ont fait réaliser que mes boîtes sont vraiment une collection à part entière. Je réalise que le fait de me voir accumuler des boîtes doit être étrange de l’extérieur. Mais j’ai pleins d’amis qui aiment organiser leur intérieur et je me sens moins seul. Je pense aussi que c’est de famille 🙂

Si vous êtes comme moi, n’hésitez pas à partager vos petites histoires. En ce moment, je pense à optimiser mon armoire Ikea Brimnes. Pour le moment, je regarde les photos sur le site Pinterest  que j’adore. Voici ma page Sevicreamy Pinterest . Si vous avez des astuces pour mon armoire je suis preneuse 🙂

J’espère que cette BD vous aura plus. Bien sûr, je vous invite à partager articles et photos sur les réseaux. Je vous souhaite une bonne semaine mes Sevicreamy’s.

A bientôt. Je vous fais des bisous. Sevicreamy.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La femme idéale… *20* et sa lubie du rouge à lèvres !

Depuis quelques temps, je me suis rendue compte que je suis une adepte de rouges à lèvres. J’en ai une vingtaine ! Si vous voulez que je vous montre ma collection n’hésitez pas à me le dire en commentaire ou sur les réseaux 🙂 Je les mets tous selon les saisons, au grand désespoir de mon amoureux ! Ma fille aime me voir avec les lèvres peintes, mais, elle a bien compris que je ne vais pas la couvrir de bisous si j’en porte, d’où ma BD.

La femme idéale… *20* et sa lubie du rouge à lèvres !

La femme idéale… *20* et sa lubie du rouge à lèvres ! par Sevicreamy.

Pourquoi en ai-je autant ? Une des raisons est que ma mère m’en donne souvent parce qu’elle ne trouve pas souvent de couleur à son goût (un rose boisé ou un rose chaud) après achat. Donc, j’ai fini par lui faire ses courses make-up. Heureusement pour moi, ceux qu’elle me donne sont des roses soutenus et je les adore. A mon tour, j’en donne à mon entourage quand je ne vais pas porter des couleurs qui ne mette pas en avant ma couleur de peau (le violet, le marron, le rose froid & les gloss que je n’aime plus).

Avec le temps, les avancées technologiques, ma sensibilité en matière d’écologie, d’éthique et d’environnement, je fais de plus en plus attention à ce que j’achète. Je me tourne aujourd’hui vers des marques qui ne testent pas sur les animaux. Il y a peu, j’ai craqué sur des produits Cien, Adopt et Kiko. Par contre, au niveau des compositions, je suis encore novice et les marques Bio sont encore un peu chères pour moi. Cependant, quand j’aurais terminée mon stock, je me tournerai vers des marques comme Zao, Weleda… que je trouve très intéressantes.

Pour le moment, je garde mes tubes de rouge à lèvres vides, tout d’abord, pour créer moins de déchets. Puis, pour réaliser prochainement mes propres rouges à lèvres avec des compositions à réaliser soi-même. J’ai vu des kits sur Aroma Zone. C’est vraiment une boutique j’adore. Faire des cosmétiques fait-main nécessite du matériel, donc, autant s’y prendre à l’avance.

N’hésitez pas à me raconter vos anecdotes de maquillage pour que je les illustre à ma façon. Bien sûr, vous pouvez me donner des conseils sur des rouges à lèvres bio pour que j’explore d’autres marques.

Je vous souhaite une bonne semaine et je vous fais des bisous.

A bientôt. Sevicreamy.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vernissage «L’AMOUR 2.0» de Déborah Bruni.

Comme promis  voici mon article sur l’exposition « L’amour 2.0 » de mon amie Mme Déborah Bruni Lipa. Mon amitié avec Melle Bruni date du lycée et je suis heureuse de découvrir son univers graphique. Et bien-sûr de partager cela avec vous mes Seviceamy’s.

Son exposition était superbe entre ses tableaux graphiques pleins de sens, le concept du parcours de la visite et l’ambiance de chaque salle en accord avec des senteurs. Ce travail était en partenariat avec un parfumeur. #SoChic

L’hôtel particulier était très distingué de surcroit. La mise en scène de son exposition était parfaite avec des hôtesses sur leur 31. Elles nous demandaient le mot de passe à l’entré et pour accéder au dernier étages. Ce jeux allait complètement avec le concept de son exposition «L’Amour 2.0».

Je voulais faire une analyse plus précise de cette exposition et surtout de ses oeuvres mais mon homme m’a devancé. Son analyse rapide sur instagram est superbement écrite et je n’aurais pas dit mieux. L’exposition de Melle Bruni fait écho à notre vie puisque nous nous sommes rencontré sur un fameux site de rencontre. Que de beaux souvenirs… 🙂  Je vous laisse la découvrir ci-dessous.

« Cette semaine, j’ai eu la chance d’assister au vernissage d’une toile magnifique et de l’exposition tout autour. Merci @sevicreamy et @deborah_bruni !

Mon interprétation de l’exposition (cela n’engage que moi) : Cet univers est si complexe avec des niveaux de lecture sur tous les aspects, il me faudrait plusieurs pages pour en faire le tour. En synthèse, l’exposition se déroulait dans plusieurs pièces avec chacune une ambiance différentes : lumière, musique, et parfum. Les premières toiles présentes les premiers instants de la drague et de l’idéal amoureux que l’on souhaiterait : les messageries instantanées, l’application Tinder, les petits mots gentils laissé un mur physique comme virtuel, le détournement d’icônes pop sous forme de même internet (Gustave Courbet, les Simpsons, Waikiki, Monopoly), … Puis, les toiles deviennent plus denses et plus complexes, tout comme l’amour. Les sentiments que l’ont croyaient purs deviennent plus mercantile, l’innocence se perd. Puis la tentation de passer à l’acte, les images deviennent de plus en plus suggestives. Et enfin, au dernier étage, après avoir donné un mot de passe, le passage à l’acte, le plaisir de la chaire. Dans une pièce à part était diffusé des images de maisons closes des années 1920, pour nous rappeler que les dérives de l’amour ont toujours existées et que le virtuel n’en ajoute qu’une nouvelle forme.

N’hésitez pas à aller voir son compte Instagram et à analyser ses toiles ! »

J’ai fait un reportage photo mais malheureusement je n’avais pas mon appareil photo. Heureusement que mon androïde est génial. Je suis désolée pour le cadrage mais il y avait beaucoup de personnes donc j’ai fait comme j’ai pu.

Une photo avec Melle Bruni. C’était de belles retrouvailles avec une Déborah toujours aussi belle et fun. Bravo ma belle.

Titre : « L’amour court mes rues».

Titre : « #WTF».

 

Modifier   

Cette toile fait parti de mes préférés par son rendu graphique avec ce superbe visage de femme et ses levres pulpeuse à la manière Pop Art. Le clein d’oeil au site de rencontre nous renvoie à notre société de consommation et c’est retranscrit de façon ludique.

   

Titre ; « # Hashtag my Ass ».

Celui-ci est mon préféré. Ce tableau est dans les tons blancs et noirs normalement. Mais avec la lumière rouge il est encore plus sexy intime. Les notes de senteurs dans cette pièce créait une ambiance coquine. 

Titre : « Le sein des saints ».

Mes photos instagram 🙂

J’espère que ce reportage voua aura plus. Bien sûr n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Bonne semaine mes Sevicreamy’s.

A bientôt. Sevicreamy. Bisous

Rendez-vous sur Hellocoton !

A la découverte de GHOST IN THE SHELL

La semaine derrière, il y avait «La Belle et La Bête» qui a l’air magnifique pour une fan de l’univers Disney comme moi et un blockbuster futuriste : «Ghost in The shell» de style Cyber punk.

Comme vous le savez, j’aime la science-fiction que ce soit en séries, films et animés. Donc mon cœur est allée à Scarlett Johansson malgré ce choix difficile 🙂

J’ai toujours été attirée par l’anime de Ghost in the shell de 1995, mais j’ai été tellement spoilé que je ne l’ai vue qu’il y a trois semaines. Au final, j’ai apprécié les interrogations qu’il soulève : Q’est ce qu’un ghost ? A quel moment pouvons nous dire qu’un robot avec un ghost reste humain ? Un cyborg ultra-perfectionné avec un cerveau humain nous ressemble t il ? Quel sont ses droits ? A t-il une âme, des souvenirs, des sentiments ? Peut-il être libre ? A quel moment doit on arrêter l’évolution cybernétique avant de perdre son âme ? Les questions existentielles du major et sa quête de liberté sont prenantes et on finit par s’attacher au personnage. L’intrigue avec le « Puppet Master », un hacker mystérieux est très réussie. Ce personnage énigmatique soulève d’autres questions : Est ce qu’un cerveau amélioré avec des implants cybernétiques est plus sensibles aux piratages informatiques ? Est qu’un programme informatique peux devenir une intelligence artificielle spontanément ? Dans ce cas, est ce que son ghost est reconnu comme une personne a part entière ? A t il des droits ? Doit on le craindre ?

Bien sûr, toutes ces questions sont toujours d’actualité et ultra intéressantes. J’ai adoré cet animé avec son CC élégant. Les architectures, le folklore Japonais sont mise en avant dans ce futur où la technologie est omniprésente. Bien qu’il possède certaines scènes très explicites comme par exemple la scène où le major Motoko Kusunagi se retrouve avec les membres arrachés… je trouve que cet anime est tout en retenue dans le jeu des personnages. Je l’ai vraiment apprécié.

Ayant vue les images ultra travaillées des extraits, je me suis dis que visuellement il serait déjà parfait. De plus, découvrir Scarlett Johanson en robot cybernétique est vraiment un plus pour une fan de cette actrice.

Je me suis rendue au cinéma avec beaucoup de questions : allaient ils prendre le même scénario de A à Z ? Vont ils prendre la même histoire avec « Puppet Master » ?  Allaient ils poser les questions existentielles sur l’héroïne ?

Ma réponse est qu’ils ont été assez malin pour qu’un amoureux de l’animé soit content de reconnaître une part du scénario sans être trop frustré, tout en proposant une toute autre trame de l’histoire. Ils ont transformé les questions existentielles de l’héroïne et sa Q. Pourquoi est elle devenue un cyborg ultra-perfectionné ? Était-elle vraiment humaine avant ? Pourquoi elle ne se rappelle plus son passé humain ?

Je pense que cet idée de trame est bien trouvé pour répondre à des questions par rapport à l’animé. Mais pour une personne qui ne connaît pas du tout l’anime, ce scénario est surement fade et déjà vue. J’ai aimé le fait de comprendre pourquoi Batou a perdu ses yeux et le lien d’amitié qui le lie a Mokoto. En tout cas, je l’ai effectivement trouvé visuellement parfait. La création de Scarlett Johansson en robot ultra perfectionné était très léchée. Les effets quand elle désactive son camouflage optique sont tout en finesse. J’avoue que le fait de le visionner en 3D m’a fait scruter les plans de la ville. Au final cela m’a ennuyer de toujours voir les mêmes hologrammes ce qui créer des longueurs dans le film. Une de mes scènes préférées dans l’animé comme dans le film est la bataille dans l’eau qui est superbement réalisée, des textures, aux plans de caméra, c’était vraiment génial. La scène avec les geishas était graphiquement impressionnante. Les acteurs sont très bien choisit. Batou est super avec son look et son petit côté voyeur sur le bateau. Je préfère Scarlett Johansson au Mokoto de l’animé. Elle a vraiment trouvé une démarche pour correspondre à un robot et a réussi à faire passer des émotions sans être démonstrative. Je trouve qu’ils ont gardé la retenue de l’anime et que le film est moins violent que l’animé. En conclusion, j’ai passé un bon moment avec ces acteurs qui correspondaient visuellement et surtout leurs jeux pour correspondre à leurs personnages. J’en ai eu pleins les yeux avec cet URR. Mais je l’ai trouvé trop sage dans sa trame pour correspondre à un large publique.

GHOST IN THE SHELL By Sevicreamy

GHOST IN THE SHELL By Sevicreamy

Pour mon illustration, je me suis inspirée du film avec les geishas qui sont très graphiques. J’adore la finesse des traits qu’ils ont utilisé pour leur design. Pour Motoko, je l’ai imaginé sexy avec une forte poitrine au vue des plans dans le film sur Scralett Johansson. Il y a des plans où c’était correct et d’autres où l’ont se serait cru dans le clip de Britney Spears avec sa chanson « Oups ! I did it again ». Dans ce clip, elle est habillée avec une combinaison rouge et un pare-choc volumineux. J’ai voulu donné un effet néon à ma mise en page puisque j’ai adoré ce rendu visuel dans le film et l’animé. Et bien sûr, c’est un gif animé pour faire un clin d’œil aux facultés de camouflage de Motoko.

J’espère que mon article et mon illustration vous aura plu. J’aime dessiner des personnages emblématique comme Mokoto. Après, ce n’est que mon humble avis et je suis contente de l’avoir partagé avec vous. N’hésitez pas à me faire part de vos avis sur ce film, si vous avez aimé ma version de Mokoto, mais aussi à mettre un pouce bleu Facebook… ou à partager mon article et mon illustration sur les réseaux sociaux.

Pour ceux qui ne me suive pas sur les réseaux sociaux, je vous réserve un article la semaine prochaine sur un vernissage d’une peintre pleine de talents : Deborah Bruni. Son exposition s’appelle « L’Amour 2.0. #Amour2.0 #Love

Je vous souhaite une bonne semaine mes Sevicreamy’s. Bisous. Sevicreamy

Rendez-vous sur Hellocoton !